Les Superflus

 

Le Collectif Superflu a 6 têtes, 12 mains, et autant d'yeux. Ses patries d'origine sont l'image, le vêtement ou l'espace, mais il voyage contre le vent à la recherche de nouveaux horizons. Sa seule ambition est de rendre la vie de ceux qui croisent sa route un peu plus intense, un peu plus festive, un peu plus déraisonnable.

 

 

Sébastien Lenouvel

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

Naturellement porté à la parade, le sébastien varie son plumage à l'envie, sans jamais quitter la gamme des noirs et blancs. On l'entend toujours venir de très loin grace au claquement rythmé de ses talons sur la musique de Beyoncé et Janelle Monae. Sa nourriture se constitue exclusivement de plantes qu'il croque toujours sans vinaigrette. Son sourire malicieux et ses sourcils circonflexes lui assurent la confiance immédiate des végétaux qu'il convoite. Il ne supporte aucune typo au dessus du corps 6 et projette de maitriser à la perfection les demis quadratins et les espaces insécables. A l'avenir, le nouvel espère remporter le nobel du graphisme qu'il faudrait inventer d'ici là.

 

Il n'a pas encore de site perso mais ça ne saurait tarder...

 

        

Lucrèce

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[ lat: lucrator, qui gagne ]  Spécimen fluet de l'espèce des brunettes frangées, très recherché par les collectionneurs pour sa tripe coriace et sa forte tête.

Aimant à se réfugier dans le charme rassurant de l'ancien, cette illustratrice-animatrice a pour seuls compagnons les bêtes et chimères de son univers baroque. Lyrisme et beauté sont ses péchés mignons: elle ne jure que par sa ribambelle d'héroines andalouses au destin tragique.

Amie des bêtes, aime à répéter qu'elle finira dévorée par son propre chat.

 

Pour en voir plus: http://mamzelle-lucrece.blogspot.com/

 

 

             

Morrow

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[n.m, être vivant absurde]. Son existence était encore contestée jusqu'à ce qu'en 1987 une poignée de scientifiques mette la main sur un spécimen. Les seules données existantes à ce jour concernant le Morrow sont réunies dans ce rapport scientifique publié le 35 janvier 2009.
   " Une petite touffe pouilleuse ornant une structure aussi élancée que rigide se met à frémir lorsque s'enclenche le mode"réflexion", dont la Vitesse d'exécution est strictement proportionellement inversée au fossé rythmique qui sépare l'étre humain de la fourmi. Sa vitesse de réflexion est pour ainsi dire 1,8 fois plus lente qu'un humain "x". Il passe le plus clair de son temps à dessiner frénétiquement des "bandes dessinées" ayant pour objet de lointaines allusions à certains concepts philosophiques comme le "Kairos". Devant une telle avarie de logique et de cohérence, nous sommes contraints de classer le Morrow, "animal absurde"."

 

Fenêtre sur ses créations absurdes...

                

Tristan Lahoz

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

Châtelain de naissance appartenant à la faune modeuse, le chic et le luxe sont les fondements de son développement naturel. Son passage de l'adolescence à l'âge adulte se caractérise par la naissance d'une banane vertigineuse sur son arcade sourcilière proéminente. Muni d'un museau à facettes remarquables, il flaire les exquises finesses de la culture gastronomique française dans un périmètre pouvant atteindre, dans le cas du fromage, jusqu'a 10 km.

Ne supportant pas la solitude, il tente d'attirer, à l'aide de son rire ravageur, le K... qu'il accueille dans le creux de son épaule (partie de son corps drapée d'étoffes de cachemire et de soie). Le principal signe permettant de le reconnaitre est son cri: "Houuuuuuuuuuuuuuu Yeeeeaaah!".

Pour découvrir son site personnel, cliquez ici

  

Sonia Pavageau

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[n.f. gr. pavagos] Espèces mythiques de l'ère glaciaire, les Sonia ont connu une évolution fluctuante jusqu'à la fin du 20ème siècle où elles contractent en masse la maladie Pavageuse. L'infection éradiqua cette étrange espèce de notre planète pour n'en laisser qu'un spécimen : la Sonia Pavageau. En constante discorde entre ce qu'elle est et ce qu'elle aimerait être, cette dernière représentante manifeste fréquemment les symptômes de la Pavageuse : inflammation intempestive de la zone faciale comprise entre la Haute-Pommette et le Bas-Menton et penchant irraisonné pour les aliments avec un taux en glucose anormalement élevé.

C'est à coup d'airs Floydiens, d'hydroquinone et de code ActionScript qu'elle parvient de temps à autre à vaincre le mal latent.

 

Elle n'a pas encore de site perso mais ça ne saurait tarder...

                

Cécile Bichon

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

De la famille des pur-sangs "Bichon", Cécile hérite de sa lignée un sens aigu de l'organisation, de la justesse et de l'équité. Ses sens de l'odorat et du goût très développés la prédisposent également à la confection de crèpes au miel et de gauffrage sur papier cuisson. Spécialiste des desserts, elle agrémente fréquemment ses pièces montées en plâtre d'un napage de latex ou d'un coulis de résine époxy. Sa spécialité reste néanmoins le feuilleté de magazine où elle déniche toutes sortes de concerts gratuits et spectacles en plein air qu'elle s'empresse de faire partager aux autres superflus. A l'avenir, Cécile s'imagine virevolter entre le graphisme, la photographie et l'installation.

 

Pour en découvrir un peu plus...